Les trois enjeux du Grand Prix d’Espagne

© XPB Images

L’ÉTOILE AU RÉGIME

Le Grand Prix d’Espagne va peut-être répondre à une question que beaucoup se posent : la lutte pour la victoire s’est-elle resserrée cette saison parce que Ferrari a nettement progressé ou parce que Mercedes a produit une monoplace en dessous de ses standards ? La W08 semble avoir l’ascendant sur la SF70H en vitesse pure (trois pole positions contre une), mais perd de sa superbe en course (deux succès partout) parce qu’elle n’exploite pas parfaitement ses pneumatiques.

D’après la rumeur du paddock, la Flèche d’argent devrait subir une sérieuse cure d’amaigrissement à Barcelone. On a appris qu’avant le début de la saison, les ingénieurs de Brackley ont dû provisoirement remplacer la boîte de vitesses originale par une transmission renforcée mais plus lourde. Depuis le Grand Prix d’Australie, Bottas et Hamilton roulent donc avec une monoplace dépassant d’environ 6 kg le poids minimal – ce qui perturbe le bon fonctionnement des gommes, spécialement à l’arrière. L’écurie devrait introduire ce week-end une version révisée de la boîte originale (plus légère), ainsi que des suspensions avant et arrière retouchées, ce qui devrait lui permettre de placer plus librement du lest sur la voiture en fonction des circuits.

La Mercedes devrait subir une sérieuse cure d’amaigrissement. L’écurie introduira ce week-end une version révisée de la boîte originale (plus légère), ainsi que des suspensions avant et arrière retouchées, ce qui devrait lui permettre de placer du lest plus librement sur la voiture en fonction des circuits.

Ce régime, peut-être associé à une évolution du V6, sera-t-il cependant suffisant pour que Mercedes retrouve l’invincibilité qui a marqué les trois derniers championnats ? La science pneumatique est complexe, et il faudra peut-être quelques courses pour que les ingénieurs mettent le doigt sur les bons réglages… Au Cavallino d’en profiter et d’assurer au public une compétition plus ouverte. À la W08 allégée, la Scuderia ne devrait pas opposer de SF70H revue de fond en comble (un nouvel aileron avant a déjà été introduit à Bahreïn). Si des évolutions aérodynamiques sont attendues au niveau des "bargeboards" notamment, Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen devraient conserver leur bloc, eux qui ont déjà utilisé deux exemplaires de tous les composants du groupe propulseur (soit la moitié du quota pour toute la saison), à l’exception du moteur à combustion pour le pilote allemand.

Conservatrice, la sélection de Pirelli (tendres-médiums-durs) joue plutôt en faveur des Flèches d’argent, qui exploitent plus difficilement les mélanges super- et ultratendres. On notera, au passage, que c’est la dernière fois que le manufacturier italien impose les mêmes composés à tous les concurrents : à partir de Monaco, chaque pilote sera libre de ses choix parmi les gommes présélectionnées.