home icon / Magazine / Un scénario pas vraiment Spielberguien...

Un scénario pas vraiment Spielberguien...

S'il fut inspiré par l'envol magique de Bottas (les fameux départs en Styrie), notre chroniqueur le fut davantage par les montagnes autrichiennes que russes façon Kvyat. Comme tout en chacun, il fut tiré de sa sieste dominicale en fin de course pour assister aux vains assauts des prétendants au titre.

Il est évident qu’après le Grand Prix de Bakou, on ne pouvait espérer une édition autrichienne aussi passionnante. Le pitch s’est plutôt inspiré des « Cinq dernières minutes » que de l’exemple du grand Steven. En effet, à part un premier tour mouvementé suite aux frasques de la torpille russe, seuls les cinq derniers tours permirent au spectateur de sortir de sa torpeur.

Le jeudi commença par le duel attendu. Non pas à l’aube au fond du paddock, la FIA ayant le choix des armes, mais dans la salle de conférence de presse. C’est là que les deux pilotes en tête du championnat s’affrontèrent verbalement. Joute étrange avec d’un côté un Vettel devenu apôtre du mea culpa politiquement correct, et de l'autre un Hamilton essayant tant bien que mal de ne pas trop laisser paraître son j’t’en-veux-encore-mais-je-fais-semblant-de-l’cacher. Confirmé le samedi par une poignée de main ostensiblement ignorée.

Afin de pimenter quand-même le week-end fut déclarée ouverte la saison des folles rumeurs de transferts. Accrochez-vous, faut suivre.

Sainz décide qu’il ne restera pas chez Toro Rosso en 2018.

Horner lui explique poliment qu’il est toujours sous contrat, et qu’il prenne ses petites pilules roses.

Papa Sainz se venge en faisant circuler une rumeur de Verstappen chez Ferrari histoire d’ouvrir un baquet chez Red Bull.

Horner déclare que Max a un contrat blindé et qu’il n’est donc pas question qu’il parte. Mémoire courte. N’avait-il pas laissé partir Vettel toujours sous contrat, vers la Scuderia ?

Marchionne clôt ce débat en annonçant qu’il ne veut ni de Verstappen, ni d’Alonso.

Vettel resterait si c’était avec Kimi, mais Marchionne sermonne le Finlandais.

Prost rêve de Fernand chez Renault. Tiens, comment va Robert ?

McLaren reconduit Stoffel, ça, c’est bien. Marko envisage la reconduction de Kvyat (!). Beaucoup de gens du paddock lui ont, par la suite, demandé l’adresse de son dealer.

La suite au prochain épisode à Silverstone.