home icon / Magazine / F1i Magazine / Présentation / Les trois enjeux du Grand Prix du Mexique

Les trois enjeux du Grand Prix du Mexique

© XPB Images

© XPB Images

ROSBERG CHAMPION ?

Il a beau s’en défendre, Nico Rosberg pourrait bien coiffer sa première couronne mondiale ce week-end à Mexico. Malgré sa victoire à Austin dimanche dernier, Lewis Hamilton accuse un retard de 26 longueurs, alors que 75 points restent à partager. Par conséquent, si Nico s’impose et que Lewis ne termine pas parmi les neuf premiers, l’Allemand sera Champion du monde. L’an passé, celui-ci avait raflé pole position et victoire pour la première édition du Grand Prix du Mexique, dominant son équipier britannique, deuxième devant Valtteri Bottas.

Pour renverser la vapeur, Hamilton doit remporter les trois courses restantes. Cela ne sera toutefois pas suffisant, car son sort n'est plus entièrement entre ses mains.

Pour renverser la vapeur, Hamilton doit remporter les trois courses restantes. Cela ne sera toutefois pas suffisant, car son sort n'est plus entièrement entre ses mains. Si Rosberg termine chaque fois deuxième (ou deux fois deuxième et une fois troisième), il sera sacré. La fiabilité, la qualité des départs et l’opposition offerte par la concurrence auront une influence sur l’issue finale. À Singapour et Suzuka, un pilote Red Bull s’est glissé sur le podium entre les deux prétendants au titre – Daniel Ricciardo aurait même pu s’infiltrer entre les Flèches d’argent aux USA dimanche dernier sans l’intervention de la voiture de sécurité virtuelle. Sera-ce encore le cas à Mexico ? Les bolides frappés du Taureau ailés avaient tiré leur épingle du jeu l’an passé (Kvyat 4e, Ricciardo 5e), même si la Williams de Bottas leur avait subtilisé la troisième place en fin de course, à la faveur d’une safety car tardive.