home icon / Magazine / F1i Magazine / Interview / Stéphane Samson : "La F1 souffre de paranoïa"

Stéphane Samson : "La F1 souffre de paranoïa"

AST

Le défunt Lotus F1 Team était passé maître dans l'art de réussir la pole position sur les réseaux sociaux, non sans adopter une attitude irrévérencieuse qui semblait souvent décalée dans l'univers trop formaté des Grands Prix. L'ancien directeur de la communication de Lotus Stéphane Samson répond aux questions de F1i sur l'évolution de l'écurie d'Enstone et de la Formule 1 en général, dans un environnement toujours plus concurrentiel.

Votre approche de la marque Lotus F1 a détonné dans l’univers très policé de la F1…

J’ai eu la chance de prendre mes fonctions quand l’équipe changeait de nom, de couleurs, de pilotes. Qu’il s’agisse de son image, de son traitement des réseaux sociaux ou de son offre pour les partenaires, Gérard Lopez et Eric Boullier m’ont donné carte blanche. En quelques mois, nous avons pu orienter nos messages vers une cible plus jeune et surtout considérer le sport comme un divertissement, pas comme une messe. Nous avons toujours évolué sur un fil, notamment sur Twitter. Certains ont été choqués, d’autres ont adoré. L’important, c’est que l’équipe était déjà n° 1 sur les réseaux sociaux après quelques mois.

Nous avons toujours évolué sur un fil, notamment sur Twitter. Certains ont été choqués, d’autres ont adoré. L’important, c’est que l’équipe était déjà n° 1 sur les réseaux sociaux après quelques mois.

N’avez-vous jamais eu à subir les foudres de Bernie Ecclestone ?

Non, jamais. Je crois qu’il aimait cette approche un peu effrontée, ainsi que notre manière de mettre en scène Kimi Räikkönen. Au final, elle attirait de nouveaux fans et potentiellement de nouveaux revenus pour la discipline.

Quel regard portez-vous l’image de l’équipe actuelle ?

Je crois que la politique d’Enstone est assez "profil bas" désormais. Et je crois que c’est une bonne chose. Conserver l’approche irrévérencieuse de 2012 alors que les résultats ne sont pas là serait une grave erreur. "La vraie blague, c’est votre voiture", auraient tôt fait de répondre les ex-fans.

ATL

Même pas peur d'annoncer la couleur sur Twitter !