home icon / Magazine / F1i Magazine / Interview / Charles Leclerc : "Jules Bianchi était mon exemple"

Charles Leclerc : "Jules Bianchi était mon exemple"

Motor Racing - GP3 Series - Saturday - Spa-Francorchamps, Belgium

Un pilote qui fait beaucoup parler de lui en ce moment, c’est Charles Leclerc. Le Monégasque est bien parti pour remporter le titre en GP3 Series dès sa première année et ainsi succéder à Esteban Ocon. D’aucuns le voient déjà remplacer un autre Esteban (Gutiérrez) chez Haas en 2016. Mais le filleul de Jules Bianchi ne se met pas martel en tête et est prêt à se tourner plutôt vers le GP2. F1i est allé à sa rencontre.

Tu es en tête du championnat avec 24 points d’avance sur Antonio Fuoco. Mission accomplie !

Tout s’est bien passé jusqu’à présent. On a eu deux manches difficiles avant la trêve estivale. Mais la reprise du championnat a été parfaite, avec une victoire à Spa-Francorchamps et des points précieux à Monza. Je suis dès lors confiant pour les deux derniers rounds, d’autant plus que Sepang et Abou Dhabi font partie de mes pistes favorites.

Alex Albon est ton équipier chez ART mais aussi un de tes plus sérieux rivaux au championnat. Comment gères-tu cette rivalité ?

Alex est une personne extra et nous avons une excellente relation. Que cela soit avec lui, Nirei Fukuzumi ou Nyck De Vries, je m’entends très bien avec mes coéquipiers. Il y a une très bonne ambiance dans l’équipe au général. Bien sûr, finies les gentillesses dès que nous sommes sur la piste. Mais nous n’avons eu aucun gros problème entre nous en course jusqu’à présent. Cela n’a dès lors pas eu de répercussions sur notre entente.

La GP3 a un très bon moteur avec peu d’aérodynamique. On doit dès lors conduire intelligemment et bien gérer les pneus. J’ai donc dû modifier mon style de pilotage avant cette saison.

Par rapport à la Formule 3 avec laquelle tu roulais l’an dernier, la GP3 est-elle très différente ?

Ce sont deux voitures complètement opposées. La GP3 a un très bon moteur avec peu d’aérodynamique. On doit dès lors conduire intelligemment et bien gérer les pneus. La Formule 3 manque quant à elle de punch mais a beaucoup d’appui. De plus, on peut attaquer du début jusqu’à la fin avec elle. J’ai donc dû modifier mon style de pilotage avant cette saison afin de bien m’adapter à ma nouvelle voiture.

Motor Racing - GP3 Series - Saturday - Hockenheim, Germany

Bien que dominateur en GP3 Series cette saison, la transition depuis la F3 ne fut pas aisée pour Leclerc.