home icon / Magazine / F1i Magazine / Débriefing / Synthèse du Grand Prix : balade dans le parc

Synthèse du Grand Prix : balade dans le parc

'

Lewis Hamilton et Valtteri Bottas ont signé un doublé sans histoire en terre ennemie, les deux Mercedes précédant la Ferrari de Sebastian Vettel de plus d'une demi-minute sous le drapeau à damier. Cette promenade dominicale dans le Parco di Monza replace le pilote britannique aux commandes du championnat, mais la saison est encore longue...

Même si la course a été limpide à l'avant, on s'est bien amusé aujourd'hui en profitant d'une réalisation télévisée qui s'est attardée sur les nombreuses batailles qui ont animé tous les échelons du peloton. Une fois les deux Mercedes isolées au commandement, en adoptant un rythme impressionnant, la lutte pour le podium n'a pas laissé beaucoup de doute dans la mesure où les Ferrari étaient plus rapides que leurs autres rivales. Seul Vettel est parvenu à tirer son épingle du jeu, et à limiter la casse au championnat, Räikkönen subissant la loi d'un Ricciardo des grands jours auteur du dépassement de l'année !

Dans les premiers tours du Grand Prix, Esteban Ocon et Lance Stroll ont pu rêver un instant des joies du podium, au lieu de cela ils ont dû en découdre tout au long de la course pour rester devant leurs équipiers Felipe Massa et Sergio Pérez. Ce faisant, les deux jeunes loups ont pris du galon en ne commettant pas la moindre erreur malgré la pression. Si le Français est ainsi revenu à 3 petits points du Mexicain dans leur duel en rose, le Canadien n'est jamais qu'à 7 points du vétéran brésilien au classement provisoire. On suivra leur progression avec intérêt jusqu'à la fin de la saison.

Le dernier point en jeu est revenu à Max Verstappen, un peu brouillon quand il est noyé dans le peloton comme en témoigne sa crevaison (conséquence d'une touchette avec Massa) et son dépassement un peu musclé (une manœuvre pas vraiment nécessaire) sur Magnussen en fin de course. Le Danois a fait mieux que son partenaire Grosjean pour Haas mais il est rentré bredouille, tout comme les Toro Rosso et les Renault. Quant aux McLaren-Honda, elles ont sombré corps et bien en anticipant sur des jours meilleurs à Singapour... et peut-être dans la semaine qui vient, lorsqu'on connaîtra leur sort pour leur motorisation en 2018.

Esteban Ocon et Lance Stroll peuvent sourire : ils ont habilement saisi l'opportunité de briller à Monza.