home icon / Magazine / F1i Magazine / Chronique / Grosjean : "On va être à l'étroit !"

Grosjean : "On va être à l'étroit !"

'

C'est un Romain Grosjean très enthousiaste qui nous présente le prochain Grand Prix : le circuit urbain de Bakou, quoique très rapide, propose également des portions étroites et sinueuses où les F1 plus larges de la saison 2017 devront se faufiler...

Pas de doute, cela va être un Grand Prix très excitant ! Je pense que certaines parties du circuit de Bakou vont être un peu étroites pour nos larges monoplaces de 2017, mais certains virages seront être sympas à négocier. La vitesse de pointe sera un peu inférieure et on freine toujours très tard en essayant de rester sur un bel élan dans les courbes. Il y a des virages vraiment rapides entourés de murs, il s'agit dès lors d'être très concentré dans la portion à haute vitesse.

Romain s'était bien comporté à Bakou l'an dernier avant d'être victime d'une surchauffe.

Même si le règlement a changé, on peut toujours tirer des enseignements du passé, y compris sur des voitures différentes comme ce sera le cas. On va regarder comment nous avions abordé cette piste nouvelle l'an dernier, quels étaient nos réglages et ce qu'on aurait pu améliorer pour la course. Nous avons quelques idées et, en utilisant les datas recueillis en 2016, on va pouvoir apprendre des choses et progresser.

La partie la plus spectaculaire de la piste se situe vers la fin du tour, quand on contourne le château en montant au sommet de la colline avant de plonger dans la descente qui mène aux deux derniers virages, qui sont particulièrement délicats.

Ce fut une très bonne course l'année passée. La ville est superbe et le circuit très réussi. Le seul point noir dont je me souvienne, ce sont ces déchets comme des sacs en plastique qui virevoltaient sur la piste à cause du vent. Cela m'avait coûté de finir dans les points parce qu'un de ces débris s'était logé devant une entrée d'air, provoquant une surchauffe.

Pour moi, la partie la plus spectaculaire de la piste se situe vers la fin du tour, quand on contourne le château en montant au sommet de la colline avant de plonger dans la descente qui mène aux deux derniers virages, qui sont particulièrement délicats. C'est un vrai challenge de les aborder en confiance et il faut pouvoir compter sur une bonne balance des freins. Mais quand ça passe bien, quelle satisfaction !

Se faufiler entre les rails pour passer le château constituera un sacré challenge ce week-end...