home icon / Magazine / F1i Classic / Le jour où... Olivier Panis a gagné Monaco

Le jour où... Olivier Panis a gagné Monaco

AP1

C'était il y a vingt ans, jour pour jour : le succès inattendu d'Olivier Panis dans le Grand Prix de Monaco reste l'ultime victoire d'un pilote français en F1, qui plus est au volant d'une monoplace bleue. Le Grenoblois succédait dans la Principauté à quelques glorieux aînés : Maurice Trintignant (premier vainqueur tricolore en 1955 et 1958), Jean-Pierre Beltoise naturellement (avec la BRM sous la pluie en 1972) et aussi Patrick Depailler (au volant d'une Tyrrell en 1978).

Sans oublier Alain Prost, évidemment, qui a inscrit Monaco quatre fois à son palmarès, en ne comptant pas le succès de son écurie e.dams en Formula E l'an passé. En 1996, le Professeur est encore conseiller technique de McLaren et consultant pour TF1. L'équipe Ligier avait changé de mains, passant de Guy Ligier à Flavio Briatore, lequel fourgua le bébé (avec l'eau du bain...) à Tom Walkinshaw. Le manager écossais ne manquait pas d'ambition et il avait permis à son staff technique de construire une bonne auto propulsée par le moteur V10 Mugen.

L'équipe Ligier avait changé de mains, passant de Guy Ligier à Flavio Briatore, lequel fourgua le bébé (avec l'eau du bain...) à Tom Walkinshaw.

A son volant, Olivier Panis et son équipier Pedro Diniz n'avaient fait que de la figuration en début de saison. Dans les rues de la Principauté, les choses ne se présentaient guère mieux après les qualifications : les deux Ligier s'élanceraient de la septième et de la neuvième ligne sur la grille de départ. A Monaco, autant dire que les carottes étaient cuites...

Sauf qu'une fine pluie avait humidifié la piste peu avant le départ, provoquant une belle pagaille sur la grille. David Coulthard par exemple, qualifié au cinquième rang sur sa McLaren-Mercedes, avait la visière embuée, mais pas de casque de rechange. En catastrophe, Pierre Vangin (le responsable de Bell Helmets) lui proposa le casque de réserve de Michael Schumacher ! Un coup de scotch sur le nom du pilote et le tour était joué.

AP2

Michael Schumacher sur McLaren ? Simple illusion d'optique : ce n'est que son casque...