home icon / Magazine / F1i Classic / Dix débuts tonitruants en F1

Dix débuts tonitruants en F1

andretti-mario_andretti___colin_chapman__usa_1968__by_f1_history-d5ko6e2

Mario Andretti : pole

Fin 1968, Colin Chapman confie à l'Italo-Américain une Lotus 49B pour son Grand Prix national, à Watkins Glen. Déjà star aux USA où il a gagné les 12 heures de Sebring et surtout les 500 Miles de Daytona en Nascar, Mario débarque sans complexe en F1 et prive Stewart et sa Matra de la pole position pour 7/100e, prenant 8/100e à son leader Graham Hill, 3e et Champion cette année-là.

S'il conserve la tête au départ, Mario est doublé par l'Ecossais dans le 1er tour. Au 14e passage, il est contraint de procéder à une longue réparation, le museau de sa machine frottant le sol suite à un support cassé. Relancé treizième, Andretti renoncera, son embrayage refusant tout service, au 33e des 108 (!) tours.

Mario montera sur le podium (3e) de son huitième Grand Prix (Espagne 70) sur March et gagnera lors du quinzième, à Kyalami en 71, sa première course avec Ferrari. Entre temps, il a enfilé trois titres chez lui en USAC et gagné les 500 Miles d'Indy. Ce n'est qu'au milieu des années 70 qu'il décidera de se consacrer uniquement à la F1. A la clé, la couronne 78 avec la fabuleuse Lotus 79 wing-car. En 1982, intérimaire de luxe chez Ferrari décimée, il réalisait encore la pole à Monza à 42 ans, avant de rentrer aux States pour être sacré en 84 en CART.