Dix débuts tonitruants en F1

magnussen-formel-1-2014-melbourne-magnussen-mclaren-871

Kevin Magnussen : 2e

Sur le tapis vert, certes, mais deuxième quand même ! Protégé, comme son père Jan jadis, de McLaren, Kevin, auréolé de son titre en FR 3.5 (devant un certain Stoffel Van Doorne...), est promu au sein du team en 2014 aux côtés de Button.

Les gris sortent d'une saison noire, aussi le 4e chrono du Danois en qualifs, sept places devant Jenson éliminé en Q2, sonne-t-il comme un soulagement. Avec l'abandon rapide du poleman Hamilton, Magnussen se maintiendra tout du long en troisième position derrière Rosberg et Ricciardo, devenue deuxième après la disqualification de la Red Bull.

L'année s'annonçait bien pour McLaren avec Button classé troisième, la désillusion n'en fut que plus grande. La saison de Kevin fut faite de hauts et de bas, pas mauvaise pour un rookie. Elle subit un coup d'arrêt l'année suivante avec son remplacement par Alonso avant que, troisième pilote, il soit viré tel un malpropre par Ron Dennis, pas classe du tout sur ce coup-là, puis se refasse la cerise chez Renault avant de signer chez Haas pour 2017.

Sept autres pilotes monteront sur le podium (3e) dès leur premier Grand Prix. Par ordre chronologique : Reg Parnell (GB 50), Cesare Perdisa (Monaco 55), Masten Gregory (Monaco 57), Peter Arundell (Monaco 64), Reine Wisell (USA 70), Mark Donohue (Canada 71) et... Lewis Hamilton (Australie 2007). Nico Rosberg, lui, réalisa d'emblée le meilleur tour à Bahreïn en 2006 sur une Williams-Cosworth, où il finit septième bien que dernier au premier tour après un contact avec Nick Heidfeld.