Les constructeurs français #4 : Larrousse

alliot-larrousse-1989

Alors que le Grand Prix de France s’apprête à revenir au Paul Ricard d’ici 2018, revenons sur l’histoire de l’équipe qui posséda quelques temps ses quartiers à l’ombre du circuit varois : Larrousse. La petite formation aurait pu incarner le miracle à la Française. Mais une agonie longue et douloureuse aura finalement raison d’elle…

L’histoire de Larrousse ne serait surement pas la même si elle n’était pas associée à celle de son géniteur : le courageux Gérard. D’abord pilote professionnel, le Lyonnais est un homme du sérail et son CV parle pour lui : vainqueur des 24 heures du Mans sur Matra en 73 et 74, il participera avec les troupes de Lagardère aux deux titres mondiaux en voitures de sport ces années-là. Parallèlement, il court en F2 dans l'écurie (motorisée par Renault) qu'il a créée avec Jean Sage. Il raccroche son casque quand Renault décide de passer à l'échelon supérieur et devient directeur sportif du programme F1 du losange.

Gérard Larrousse veut fonder sa propre écurie mais il lui faut un associé pour l'aider dans ses desseins. Ce sera l'homme d'affaire Didier Calmels, golden boy parisien à l'ascension fulgurante.

Il posera ensuite son baluchon chez Ligier en 1986 après que la Régie ait décidé d'arrêter les frais. Mais son passage dans l’équipe de Guy n’est que de courte durée. Larrousse a un nouveau projet en tête : fonder sa propre écurie. Pour l’aider dans ses desseins, il lui faut un associé. Ce sera l’homme d’affaires Didier Calmels, golden boy parisien à l’ascension fulgurante. Il trouve une oreille attentive pour la fourniture des châssis en la personne d’Eric Broadley.

Le patron de Lola a une revanche à prendre après avoir été lâché par Beatrice-Haas. Point de fioriture pour le choix des moteurs puisque les LC87 seront propulsées par des V8 Cosworth DFZ qui ne peuvent rien face à leurs homologues turbocompressés mais qui sont solides comme des rocs. Un exemplaire est prêt pour Philippe Alliot, qui n’a pas démérité lors de son intérim chez Ligier. L’équipe Larrousse & Calmels peut ainsi se lancer à l’assaut de la saison 1987.

alliot-larrousse-monaco-1987

Homme de la première heure, le parcours d'Alliot sera intimement lié à celui de Larrousse en F1...