home icon / Magazine / F1i Magazine / Série / Bilan de la saison 2016 de F1 : Sauber

Bilan de la saison 2016 de F1 : Sauber

'
Marcus Ericsson (SWE) Sauber C35. 30.09.2016. Formula 1 World Championship, Rd 16, Malaysian Grand Prix, Sepang, Malaysia, Friday. - www.xpbimages.com, EMail: requests@xpbimages.com - copy of publication required for printed pictures. Every used picture is fee-liable. © Copyright: Photo4 / XPB Images
© XPB Images

© XPB Images

LES FAITS

10e au Championnat du monde des constructeurs
17e (Nasr) au Championnat du monde des pilotes (Ericsson non classé)
2 points

LA NOTE F1i : 5/10

Sans le home Grand Prix du natif de Brasilia, nous aurions coulé l’équipe helvétique, très loin de son niveau de l’an dernier. La concurrence s’annonçait plus rude : elle a failli être fatale à Sauber qui, en cours de route, a changé de mains mais ne changera pas de moteur.

ANALYSE : MERCI NASR...

Les C35 ont vaguement fait illusion en début de saison, du moins en qualifications où elles se chamaillaient avec les Renault, Haas et McLaren, bien devant les Manor. On a compris dès le retour en Europe que 2016 allait non seulement être plus compliqué que 2015 mais carrément un calvaire. Après Sotchi, l’une d’entre elles s’est hissée cinq fois seulement en Q2. En Autriche, en Angleterre et au Brésil, les deux monoplaces étaient reléguées en dernière ligne. Présentée en dernier, l’auto n’avait pas assez évolué par rapport à sa devancière et à ses concurrentes, manquait de motricité, d’appuis. Parfois Sauber conserva une ancienne version du bloc Ferrari, longtemps elle n’introduisit pas de nouvelles pièces.

En principe, si on ajoute les soutiens de Marcus Ericsson et les millions récupérés grâce aux points pris à Interlagos, Sauber ne devrait plus avoir de grosses difficultés pécuniaires et pourrait donc choisir un second pilote davantage pour son talent que pour ses valises.

C’est que les caisses étaient vides, le personnel plus payé, l’écurie aux abois, et l’absence de résultats n’arrangeait rien. Mi-juillet, alors qu’on se demandait si elle verrait la fin de saison, elle fut rachetée par le fonds d’investissements suisse Longbow Finance, d’où le départ de Peter Sauber alors que Monisha Kaltenborn est maintenue à sa tête. En principe, si on ajoute les soutiens de Marcus Ericsson et les millions récupérés grâce aux points pris à Interlagos, Sauber ne devrait plus avoir de grosses difficultés pécuniaires et pourrait donc choisir un second pilote davantage pour son talent que pour ses valises. Un directeur technique bien connu à Hinwil, Jörg Zanger (ex-Audi en WEC), débarque enfin entre autres recrues – son prédécesseur Mark Smith avait quitté le navire avant même Melbourne. Ils auront du boulot : conserver le V6 2016 l’an prochain pour se concentrer sur l’aérodynamique de la C36 est discutable, parlez-en aux pilotes Toro Rosso !

LE CHIFFRE : 5,55

5,55 : en pourcentage, la différence entre le nombre de points pris par Sauber cette année (2) et l’an dernier (36).

LES PILOTES

Voyez nos notes pour Magnus Ericsson et Felipe Nasr.

© XPB Images

© XPB Images