la f1 sur internet depuis 1999

Pirelli veut rester manufacturier unique en F1

le à 13:31

Sans titre-4

Pirelli ne souhaite pas d’un retour à une guerre des pneus en Formule 1.

L’entreprise transalpine estime que les courses deviendraient à nouveau processionnelles si la F1 revenait sur le concept du manufacturier unique de pneumatiques introduit depuis 2007.

"Nous travaillons pour la F1. C’est à la Formule 1 de décider ce qu’elle veut. Si elle veut une guerre des pneus et un retour à des courses processionnelles comme c’était le cas au début des années 2000, avec des audiences en déclin, alors c’est une façon de procéder. Mais ce n’est pas à nous de décider", a confié le directeur de Pirelli Motorsport, Paul Hembery.

"Nous devons attendre de voir si les règles changent. Si elles venaient à être modifiées, alors nous y réfléchirions. Nous devrions prendre connaissance des règles en premier, de ce que cela implique réellement. Si cela signifie dépenser une centaine de millions d’euros pour gagner une demi-seconde en performance, sans nécessairement pouvoir prouver que notre pneumatique est le meilleur, alors c’est inutile. Pour le moment, une guerre des pneus n’intéresse certainement pas les équipes."

"Toutes les écuries avec lesquelles j’ai parlé ne veulent pas d’une guerre des pneus. Elles considèrent qu’il s’agit d’une dépense d’argent inutile dans un domaine qu’elle ne contrôle pas, et dont les retombées sont limitées auprès du public. Et il y a aussi des préoccupations en matière de sécurité. Les manufacturiers de pneus repousseraient sans cesse les limites de la sécurité afin de trouver plus de performance."

"Ce qui s’est passé à Indianapolis est le résultat ultime d’une guerre des pneus. Je ne pense pas que revivre un tel scénario soit une bonne chose pour les manufacturiers de pneus, pas plus que pour le sport."

Au Grand Prix des Etats-Unis 2005 disputé sur le circuit d’Indianapolis, toutes les équipes chaussées de Michelin avaient été dans l’incapacité de prendre le départ, laissant seulement six voitures sur la grille. Les pneus de l’entreprise française ne pouvaient pas résister aux contraintes latérales particulièrement importantes générées par le banking du circuit.


, , , ,

Commentaire

À découvrir également



Ajouter un commentaire...

comments powered by Disqus
Formula 1 Grand Prix, Monte Carlo, Thursday Practice
L’analyse de Jacky : “Ça risque de tourner au vinaigre”
ADR
Synthèse du Grand Prix : aide-toi, le ciel t'aidera !
ALH
Synthèse du samedi : loi des séries