Par le

Sans titre-3

Le Qatar s'intéresse de plus en plus au sport automobile. Il avait emboîté le pas de Dubaï, Bahreïn et Abou Dhabi en construisant un circuit au début du siècle, sur le site de Losail près de la capitale Doha, mais en recevant le MotoGP en lieu et place de la F1, tout en innovant avec l'organisation de la première course en nocturne, à la lueur des spot-lights en plein désert...

On suggère maintenant que le fonds d'investissements QIA (Qatar Investment Authority) reprendrait les activités de Citroën Sport en rallye, à l'initiative du pilote Nasser Al-Attiyah (vainqueur de Dakar en 2010 pour VW), récent médaillé de bronze aux J.O. de Londres en tir !

En 2006, le Qatar s'est également rapproché de l'équipe Williams de Formule 1 à l'occasion de la création du WTCQ (Williams Technology Centre - Qatar), une sorte de laboratoire scientifique financé par les Qataris que les ingénieurs de Williams alimentent de leur créativité, notamment dans les technologies hybride comme le système KERS flywheel notamment adopté par Porsche et Audi. On s'attendait dès lors à un sponsoring en bonne et due forme du Qatar envers Williams, écurie historique dont les finances n'étaient guère florissantes, mais rien de tout cela, malgré les efforts déployés par Sir Frank et ses boys.

Pour en savoir plus sur l'implication du Qatar, et notamment de la chaîne Al-Jazeera dans l'appel d'offres des droits de la F1 en France pour 2013, cliquez ici pour vous abonner gratuitement à notre newsletter hebdomadaire, envoyée tous les mercredis à 17 heures.