Par le

Sans titre-2

Le circuit du Paul Ricard ne renonce pas à la possibilité d’accueillir le Grand Prix de France la saison prochaine, même s’il doit se passer de toute garantie financière de l’Etat.

En début de semaine, la ministre des sports Valérie Fourneyron a confirmé que l’Etat n’accorderait aucune contribution financière au Grand Prix de France, qu’il s’agisse de subventions directes ou d’une garantie en cas de déficit d’exploitation.

Les responsables du circuit du Paul Ricard ne baissent toutefois pas les bras, au contraire. Ils avaient anticipé la décision du gouvernement français et un budget de 30 millions d’euros a déjà été établi. Selon Le Parisien, ce budget serait assuré par des collectivités locales ainsi qu’un promoteur privé étranger.

"C’est une décision qui nous permet de ne pas baisser les bras, a indiqué Stéphane Clair, le patron du Castellet, à RMC. La stratégie était de ne pas compter sur l’Etat pour la partie budgétaire et nous avions travaillé sur le dossier de cette manière-là. Les choses ne sont pas arrêtées encore, loin de là, et il y a tout à fait la place pour imaginer un Grand Prix de France dès 2013."

Cela paraît toutefois difficile. Le Conseil Mondial du Sport Automobile de la FIA entérinera le calendrier 2013 de la Formule 1 ce vendredi…