Par le

Sans titre-1

Lewis Hamilton a décrit la malchance dont il a été victime au Grand Prix d’Allemagne comme "cruelle" alors qu’il célébrait la 100ème course de sa carrière.

Le pilote britannique fut le seul des gros bras à rouler sur les débris répondus sur la piste par la voiture de Felipe Massa. Il a crevé à l’arrière droit, ce qui l’a envoyé à l’arrière du peloton avant d’abandonner un peu plus tard.

"J’ai était extrêmement malchanceux de crever dans le deuxième tour. Il y avait des débris répandus sur toute la largeur de la piste et je n’avais pas d’autre choix que de passer à travers", a-t-il expliqué.

"Ce qui est le plus frustrant c’est que, à ce stade, j’étais le huitième à passer, souffrir d’une crevaison est donc un manque cruel de chance. Après la crevaison, cela fut immédiatement évident que ma voiture ne répondait plus comme avant."

"Cependant, après quelques tours, j’ai été en mesure d’adapter mon style de pilotage, et la voiture avait un bon rythme dans le second relais. Toutefois, avec les dégâts occasionnés à l’arrière, je pense que nous avons été chanceux d’aller si loin, pour être honnête."

Hamilton tire cependant une certaine satisfaction de la compétitivité retrouvée de la McLaren. Il espère rebondir le week-end prochain en Hongrie avant la trêve estivale.

"Au moins, j’ai pu me faire plaisir sur la piste. Mon rythme de course était suffisamment bon pour me permettre de rattraper les leaders durant le second relais, a-t-il ajouté. Et c’est encourageant pour moi, car nous savons que notre voiture était réellement rapide ce week-end."

"Il ne nous reste plus qu’à conserver cette compétitivité pour le week-end prochain en Hongrie. Je retourne derrière le volant dans cinq jours, et c’est la meilleure nouvelle possible pour moi après un jour comme celui-ci."

Grégory Demoen, depuis Hockenheim.