Par le

Sans titre-3

Romain Grosjean a admis que la déception était grande après son abandon dimanche dernier, à Valence, qui l’a privé d’une possible première victoire en Formule 1.

Le pilote tricolore a vu sa course s’envoler en fumée au 41ème tour suite à une panne d’alternateur, alors qu’il occupait la deuxième place de l’épreuve, derrière Fernando Alonso.

"C’est certain que nous éprouvons énormément de déception après ce Grand Prix d’Europe car nous étions vraiment proches d’aller chercher cette première victoire ou dans le pire des cas une deuxième place, a confié Grosjean dans son traditionnel débriefing vidéo réalisé par Total. C’est donc certain que la déception est grande. Maintenant, il faut aussi voir le positif : on s'est encore une fois battus aux avant-postes avec des Champions du monde."

"J’ai pris un bon départ, effectué de beaux dépassements. La voiture était là où on l’attendait. Je crois qu’il n’y avait que la Red Bull de Sebastian Vettel qui était plus rapide que nous. Il ne ressort donc que du positif de cette course et cela me conforte dans l’idée que cette première victoire n’est plus très loin."

Les chances de revoir un Français sur la plus haute marche du podium en Formule 1 n’avaient jamais été aussi grandes que dimanche dernier. Avec une monoplace plus douce avec ses pneumatiques que la Ferrari, Grosjean est convaincu que les derniers tours de course auraient pu lui être favorables.

"Cela aurait été une belle bagarre avec Alonso, a-t-il ajouté. Nous sommes amis en dehors de la piste et nous avons énormément de respect l’un pour l’autre. C’est un double Champion du monde et il mène le championnat. Se battre avec lui aurait été quelque chose de spécial. Je savais que ma voiture était un peu meilleure que la sienne, il allait peut-être souffrir plus que moi sur la fin de course avec ses pneus. Il me suffisait donc d’attendre un petit peu et ensuite d’aller chercher, pourquoi pas, la victoire. C’est certain qu’il y avait une bonne carte à jouer, maintenant la mécanique en a voulu autrement et j’espère que ce n’est que partie remise."

Après la chaleur de Valence, les conditions nettement moins estivales de Silverstone pourraient rendre la vie dure à l’écurie Lotus. Grosjean ne voit cependant pas pourquoi ils ne pourraient pas se battre pour les premières places dans un peu moins de deux semaines en Grande-Bretagne.

"Je ne pense pas que Silverstone sera plus compliqué pour nous. Il est vrai que les températures seront différentes, mais c’est à nous de travailler pour faire en sorte que tout fonctionne. C’est un circuit très rapide, et on sait que la Lotus est plutôt à l’aise dans les sections rapides. C’est le Grand Prix à domicile pour tous les mécaniciens et ingénieurs de l’usine. J’espère que l’on pourra donc disputer une bonne course et aller chercher une belle place", a-t-il conclu.