la f1 sur internet depuis 1999

Ferrari estime que Red Bull reste la référence

le à 3:34

Sans titre-5

Au lendemain de la sensationnelle et touchante victoire de Fernando Alonso à domicile, la Scuderia Ferrari tient à rester les pieds sur terre.

Le team principal des rouges, Stefano Domenicali, est bien conscient que la dynamique positive sur laquelle surfe son écurie depuis le début de la saison ne représente pas leur réel niveau de performance.

Au volant d’une F2012 toujours en manque de compétitivité, Alonso est occupé à réaliser une saison tout simplement exceptionnelle. Il est devenu hier à Valence le premier pilote à remporter plus d’un succès cette saison et les nombreux points qu’ils a acquis au cours de ces huit premiers Grands Prix pourraient faire mal à ses adversaires en fin de saison quand l’heure sera venue de faire les comptes.

Toutefois, dans l’immédiat, Ferrari ne souhaite pas se laisser emporter par cette spirale positive, reconnaissant que Red Bull reste la référence. Sans la sortie de la voiture de sécurité et son problème d’alternateur, Sebastian Vettel aurait remporté le Grand Prix d’Europe haut la main, avec une trentaine de secondes d’avance au moins sur Alonso.

"Cette victoire ôte un peu de la pression qui pèse sur nos épaules, mais nous devons malgré tout garder les pieds sur terre, a confié Domenicali à F1i avant de quitter Valence. En vitesse pure, la Red Bull reste la référence. Il faut donc continuer à travailler et réduire l’écart qui nous sépare encore d’eux, particulièrement en qualifications, car nous ne sommes pas encore là où nous devrions être."

Premier succès à domicile de l’Ibère depuis 2006, El Nano était particulièrement hier compte tenu du contexte particulier dans lequel survenait sa victoire hier – la situation économique de son pays où le chômage touche désormais près d’un Espagnol sur quatre. Domenicali confie que cette émotion était perceptible avant même le départ.

"Cela a été un grand jour pour Ferrari et spécialement pour Fernando, qui ressentait une pression particulière pour ce Grand Prix, précise l’Italien. Je pouvais voir dans ses yeux son envie de bien faire devant son public après nos qualifications ratées. Comme nous étions onzièmes sur la grille, nous pouvions choisir nos gommes pour le départ, et nous avons décidé de partir en tendres afin de nous mettre en situation de gagner le maximum de places dans les premiers tours, ce qui a été possible car Fernando a été exceptionnel de bout en bout. Je crois qu’il a réalisé une dizaine de dépassements."

"Bien sûr, nous avons bénéficié de circonstances favorables : la voiture de sécurité, qui a remis les compteurs à zéro, puis l’abandon de Sebastian Vettel, qui nous a permis de prendre le commandement et de gérer notre avance sur Lewis Hamilton. Mais notre succès tient aussi à notre bonne fiabilité, qui sera un facteur décisif dans l’attribution du titre. Dans une compétition aussi serrée, un score vierge risque de coûter cher au moment du décompte final."

La victoire d’Alonso ce dimanche, qui lui permet de reprendre la tête au classement général, ferait presque oublier la course une nouvelle fois décevante de Felipe Massa, seizième à l'arrivée à un tour de son équipier après un accrochage avec Kamui Kobayashi. Domenicali a toutefois pris la défense du Pauliste avant de quitter le paddock de Valence.

"Ce ne pouvait pas être pire qu’aujourd’hui pour Felipe, estime le patron de la squadra. Des débris ont dégradé l’équilibre de sa voiture, ensuite l’entrée de safety car a ruiné sa stratégie car il s’était juste arrêté deux tours plus tôt, et enfin l’accrochage avec Kobayashi a écarté définitivement toute chance de points pour lui."

Nicolas Carpentiers, depuis Valence.


, , , , , , ,

Commentaire

À découvrir également



Ajouter un commentaire...

comments powered by Disqus
ALW
Synthèse du samedi : casse-tête chinois
Motor Racing - Formula One World Championship - Chinese Grand Prix - Practice Day - Shanghai, China
Les enjeux du Grand Prix de Chine
Motor Racing - Formula One World Championship - Chinese Grand Prix - Preparation Day - Shanghai, China
Interview de Romain Grosjean : "Je sais à quel point Renault travaille dur"