la f1 sur internet depuis 1999

Qui pour remplacer Massa ?

le à 10:38

L’avenir de Felipe Massa en Formule 1 dépend de la décision de Ferrari de prolonger son contrat ou non. Car si le Brésilien a récemment déclaré qu’il ne rejoindrait pas une écurie de milieu de grille, son palmarès et son coup de volant semblent surtout ne pas intéresser grand-monde dans le paddock… Mais pour rester à Maranello, Felipe devra se serrer la ceinture. Il se dit en effet que l’écurie italienne n’a pas exercé l’option qu’elle possédait sur lui et qui expirait le 25 juillet dernier, au motif qu’elle ne voulait pas débourser le montant contenu dans l’option. Massa pourrait donc rester le numéro deux d’Alonso mais en baissant singulièrement ses prétentions financières.

Certes, Massa s’est qualifié tout près d’Alonso en Hongrie (juste derrière à moins d’un dixième), mais il a terminé quatre place derrière en course. Au total, il n’a marqué que 25 points, soit à peine... 15 % des unités récoltées par Fernando Alonso… “Felipe sait qu’il doit optimiser ses performances dans la deuxième moitié de la saison, prévient le patron de la Gestione Sportiva, Stefano Domenicali. Nous avons besoin de points au championnat des pilotes et aussi de prendre des points aux adversaires de Fernando. Il a devant lui quelques courses très importantes en tant que pilote et que membre de l’équipe.”

La difficulté de Ferrari est qu’elle soutient clairement son pilote numéro un, rendant de facto son deuxième baquet peu attractif pour un pilote expérimenté (comme l’a montré la prolongation de Mark Webber chez Red Bull) ou simplement soucieux de montrer son réel talent sans consigne ou entrave… En outre, dans l'hypothèse où Vettel aurait effectivement signé une option pour 2012, Domenicali ne peut proposer qu'un contrat d'une saison, ce qui n'est guère attractif... Mais la Scuderia reste la Scuderia, un mythe, et piloter pour elle reste le rêve de tout pilote.

Qui sont, dès lors, les successeurs possibles si Luca di Montezemolo et Stefano Domencali décidaient finalement de se séparer de Massa ? Voici une liste dressée par F1i à partir de celle de nos confrères d’Autosport, avec les points forts et les faiblesses de chaque prétendant…

1. Sergio Pérez

Pour : il fait partie du programme de formation de jeunes talents de Ferrari et a montré un bon coup de volant. Il dispose également du soutien de Carlos Slim, l'homme le plus riche de la planète, et de la banque espagnole Santander, un des principaux commanditaires de la Scuderia avec Marlboro. Contre : il fait encore trop d’erreurs et di Montezemolo le verrait bien rester une troisième saison chez Sauber pour mieux franchir le pas ensuite. Notre avis : excellent investissement pour le futur, il est sud-américain, un marché essentiel pour Fiat.

 2. Nico Hülkenberg

Pour : il fait quasiment jeu égal avec Paul Di Resta (huit points de moins seulement) et a l’étoffe d’un vainqueur de Grand Prix. Contre : sous contrat avec Force India, mais Mallya ne serait pas opposé à un accord avec dédommagement financier. Notre avis : peut-être trop bon pour un pilote numéro deux.

3. Felipe Massa

Eh oui, si elle ne trouve pas la perle rare, la Scuderia jouera la carte de la continuité. Pour : il connaît l’écurie, qui l’apprécie et s’entend bien avec le patron Alonso. Contre : inconstant, au point d’être parfois perdu, il a perdu la flamme qui en avait fait un challenger d’Hamilton en 2008. Notre avis : le garder serait un signe de faiblesse de Ferrari.

4. Heikki Kovalainen

Pour : il est en fin de contrat chez Caterham, où il s’est refait une réputation. Contre : il a déçu chez McLaren, où il est parfois passé à côté de gros points. Notre avis : le fait qu’il ait marqué en moyenne 50 % des points d’Hamilton quand il courait chez McLaren montre qu’il ferait un bon numéro deux.

5. Adrian Sutil

Pour : un pilote solide, qui se ferait bien une virginité après avoir été remercié par Force India après ses ennuis judiciaires. Contre : il ne dispute aucun Grand Prix ni autre course. Notre avis : pilote solide, mais ferait-il immédiatement mieux que Massa ?

6. Paul di Resta

Pour : Paul, c’est du solide ! Celui qui a battu Vettel en F3 Euroseries est aussi rapide que constant. Contre : il est peut-être trop bon pour être le porteur d'eau d'Alonso et son caractère n’est pas dès plus faciles. Notre avis : Ferrari devrait lui promettre un contrat à long terme et un statut de 1 bis (ce qui est peu probable) pour le convaincre de tourner le dos à Mercedes, où un baquet l’attend si Schumacher ne rempile pas pour 2013.

7. Jules Bianchi

Pour : comme Pérez, il fait partie de la Ferrari Academy. Il possède un grand talent naturel. Contre : il a déçu en ne remportant pas le titre en GP2 (contrairement à Grosjean) alors qu’il courait dans une bonne écurie. De plus, il commet encore beaucoup d’erreurs et manque de kilomètres en F1, malgré ses vendredis avec Force India en tant que troisième pilote. Notre avis : il serait un pari trop risqué pour Ferrai, qui serait sans doute plus avisée de le placer ailleurs.

Les autres noms cités dans la presse italienne n’ont guère de crédibilité, en particulier ceux de Kimi Räikkönen (comme l’ont expliqué Pierre Van Vliet et Ziv Knoll sur F1iTV) ou Lewis Hamilton (vu le duel fratricide entre les deux coqs en 2007 chez McLaren). Il faut donc encore patienter, car l’échiquier bougera encore selon que Michael Schumacher prolonge chez Mercedes ou pas…

 


, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Commentaire

À découvrir également



Ajouter un commentaire...

comments powered by Disqus
Formula 1 Grand Prix, Monte Carlo, Thursday Practice
L’analyse de Jacky : “Quel as, ce Bottas !”
ARR
Synthèse du Grand Prix : Rosberg au septième ciel
GP GERMANIA F1/2014
Interview avec James Allison : “J’espère avoir convaincu Alonso de rester”